Exposition ” Des Tsars au Soviets” du 01 au 06 mars 2022


L’association COMTE BALTIQUE AMOUR (France Russie) organise une exposition intitulée “des Tsars aux Soviets” du 1er au 6 mars 2022Lieu : salle de l’Ancienne Poste :  98, Grande Rue à Besançon

Dates, horaires : du 1er au 6 mars 2022 de 11 h à 18 h tous les jours du mardi au dimancheOn verra des affiches (NEP, Grande Guerre patriotique), des timbres, des objets soviétiques liés au cosmos (Gagarine), des reproductions de peintures de l’époque, des dessins de Maïakovski etc….


CLOTURE : concert de piano d’Aglaya Zinchenko le 6 mars à 17 h au Centre Diocesain, salle Cana, rue Mégevand (concert gratuit au profit de l’église orthodoxe de Besançon)

Séminaire des professeurs de Français du 31 janvier au 04 février 2022

Le séminaire des professeurs de Français a eu lieu cette année en visiophonie , en raison de la crise sanitaire.

2022 LISTE DES INTERVENANTS

Séminaire des Enseignants de Français/Russie

FRANCE

Mme BABLON Cécile (Lyon), Responsable pédagogique, Lyon-bleu International

Mme BEZZOU Malika (Rouen)Directrice, French en Normandy

M. BISHOFF Eric (Antibes), Formateur, Centre International d’Antibes

Mme EID Cynthia (Toulouse), Professeure-Chercheuse, Doyenne de l’École de  formateurs; Directrice de la pédagogie et de l’InnovationGroupe IGS (Paris-Lyon et Toulouse); Présidente de la Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF)

M. FABY Alexandre (Paris), Intervenant indépendant au séminaire,

France Education International

Mme FOGGIO Magali (Cap d’Ail), Formatrice, Centre Méditerranéen d’Études Françaises

M. GOMAR Robin (Moscou), Professeur FLE, École de langue CREF

Mme GROSJEAN-ZERBINO Valentine (Besançon), Professeur (en retraite) de russe et 

de FLE pour les slavophones au CLA de Besançon (Université de Franche-Comté);

Membre du Conseil d’Administration de l’Union Nationale France-Russie-CEI-États Baltes, Présidente de l’Association Comité-Baltique-Amour 

Mme GUILLAUME Astrid (Paris), Sémioticienne – MCF (HDR), Sorbonne Université, 

Membre élue du Conseil National des Universités, Présidente fondatrice de la Société française de Zoosémiotique, vice-présidente d’honneur, fondatrice de l’Observatoire européen du Plurilinguisme

Mme HATTERER Annick (Paris), Déléguée pédagogique, Éditions CLE International

Mme HUBERT Claire-Elise (Paris), Chargée d’actions éducatives et culturelles pour la future Cité internationale de la langue française à Villers-Cotterêts, pour le Centre des monuments nationaux (opérateur du Ministère de la Culture).

Mme JAMEN Violaine (Paris), Déléguée pédagogique, Éditions Hachette FLE

Mlle KEDROFF Vassilissa (Moscou), Professeur FLE, École de langue CREF  

M. KRASOVEC David (Moscou), Docteur en Histoire de l’art, professeur de FLE et de 

Méthodologie de la géopolitique à l’Académie présidentielle de Russie

M. LENÔTRE Jean-Pierre (Paris), EnseignantJournaliste 

M. LOSSEROY Gilles (Nancy), Enseignant-Chercheur, Université de Lorraine,

Directeur des Cours d’Été pour Étudiants Étrangers de Nancy

Mme MAGUÉRÈS Nathalie (Nice), Enseignante, Formatrice, Centre de formation Francophonia

M. MASSÉ Olivier (Rouen), Directeur des formations du CiFRAN, Consultant pédagogique expert, auteur de manuels FLE, formateur certifié en ANL

Mme RIJAN Séverine  (Bordeaux), Professeur FLE, Responsable pédagogique de l’accompagnement des apprenants, Chargée de cours en Master 2 FLE à l’Université Montaigne de Bordeaux, France Langue

M. SAGNOL Marc (Erfurt), Chercheur, écrivain, enseignant, Prix La Bruyère de l’Académie Française

M. SEGRETAIN Arnaud (Bratislava), Enseignant chercheur, Institut National pédagogique de la République Slovaque

M. YAICHE Francis (Paris), Professeur émérite des Universités, Sorbonne CELSA

Mme YOUX Viviane (Paris)Présidente de l’Association pour l’enseignement du français

ALGÉRIE

MSADI Nabil, Professeur des universités, Enseignant-chercheur en Sciences du langage, 

Université de Bejaia

M. KHARCHI Lakhdar, Professeur, Université de M’sila

BELGIQUE

M. GEVAERT Raymond, Maître de conférences émérite de l’université de Louvain, Président de l’Association belge des professeurs de français; Vice-président honoraire de la FIPF

CANADA

M. MERCIER Steeve, Directeur scientifique du CiFRAN, enseignant à 

l’Université Laval et à l’UQAR, professeur de francisation pour le MIFI, formateur certifié en ANL

MAROC

M. LOUIZ Driss (Kénitra), Enseignant – chercheur, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Université Ibn Tofail Kénitra

SUISSE

Mme DOLGOVA-DAVET Nadine (Genève), Enseignante-chercheuse de français et de russe, École de la langue russe et de la culture L’Oiseau bleu  (Genève)

M. SOLCÀ Aleksandr (Moscou), Chercheur indépendant en collaboration avec des universités et centres de recherches, enseignant pour cours en ligne

Journées du Livre Russe 12 et 13 février 2022


Face aux incertitudes liées à la situation sanitaire, les Journées du livre russe ont, cette fois-ci encore, décidé de s’adapter.
  Les 13e Journées du livre russe se joueront donc cette année en deux temps, deux actes :
 
Le 12 février à la Mairie du 5e aura lieu en public la cérémonie de remise du 15e Prix Russophonie.

Elle sera précédée d’un après-midi 
consacré à la présentation des lauréats. L’intégralité des rencontres sera également diffusée en direct sur les réseaux sociaux.

 S’INSCRIRE

15e PRIX RUSSOPHONIE
pour la meilleure traduction du russe vers le français
 Compte tenu du peu de place dédié à la littérature russe contemporaine sur la scène littéraire française, on ne peut que se réjouir de retrouver dans le palmarès du 15e prix Russophonie les aventures d’un sous-locataire de Iouri Bouïda, grâce à la plume de Véronique Patte, traductrice connue pour ses traductions du polonais et du russe, notamment du regretté Igor Sakhnovski chez le même éditeur, Gallimard.  Les éditions Noir sur Blanc font un beau doublé avec deux textes contemporains, portés par deux traductrices chevronnées, déjà présentes au palmarès du prix Russophonie ces dernières années. La route d’hiver de Léonid Youzefovitch traduit par Marianne Gourg-Antuszewicz  et Le Manteau à martingale de Mikhaïl Chichkine, traduit par Maud Mabillard, également traductrice chez le même éditeur des Enfants de la Volga de Gouzel Iakhina.  Comme elles, déjà nommé au palmarès du Prix Russophonie Yves, Gauthier revient avec la traduction chez Transboréal de Dersou Ouzala  de Vladimir Arseniev, résultat d’un titanesque de restauration d’un texte jusque là amputé aux deux tiers par la censure soviétique.  La littérature classique est présente cependant avec une nouvelle traduction du théâtre de Pouchkine grâce à Andreï Vieru, philosophe, écrivain et  concertiste, nouveau venu dans le monde de la traduction du russe qui  publie chez Vendémiaire Le Visiteur de marbre et autres œuvres théâtrales.  

LE LAURÉAT OU LA LAURÉATE SERA CONNU(E) LE 12 FÉVRIER 2022 LORS DE LA CÉRÉMONIE DE REMISE DU PRIX. 

ASSISTER À LA CÉRÉMONIE 

ACTE II : 8 et 9 octobre 2022

Toutes les autres tables rondes, rencontres, hommages, présentations d’ouvrages, séances de dédicaces et bien sûr les stands des éditeurs et des libraires sont reportés à l’Acte II de ces 13e Journées qui auront lieu les 8 et 9 octobre 2022 à la Mairie du 5e arrondissement de Paris.

Dans le but de réduire les risques de transmission de la Covid-19, l’accès à ces lieux nécessitera la présentation d’un pass vaccinal et le respect des gestes barrières.

Retrouvez toutes les actualités des Journées et du Prix Russophonie sur www.journeesdulivrerusse.fr et sur les réseaux sociaux.
 

Exposition MOROZOV

Initialement prévue jusqu’au 22 février 2022, l’exposition La Collection Morozov a été prolongée jusqu’au 03 avril 2022.

La Fondation Louis Vuitton présente La Collection Morozov, l’une des plus importantes collections au monde d’art impressionniste et moderne. L’exposition événement réunit plus de 200 chefs-d’œuvre d’art moderne français et russe des frères moscovites Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921). C’est la première fois depuis sa création, au début du XX ème siècle, que la Collection Morozov voyage hors de Russie.

https://www.fondationlouisvuitton.fr

Coronavirus : Le vaccin Spoutnik V est bien efficace à 92% , selon une étude

Coronavirus : Le vaccin Spoutnik V est bien efficace à 92% , selon une étude

Par Serge Petit

reuters.com  |  02/02/2021, 15:18  |  669  mots 

“Le développement du vaccin Spoutnik V a été critiqué pour son caractère hâtif, les libertés prises avec le protocole et son manque de transparence”, ont déclaré les professeurs Ian Jones de l’université de Reading et Polly Roy de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, dans un communiqué partagé par The Lancet.

“Mais le résultat rapporté ici est clair et le principe scientifique de la vaccination est démontré”, ont déclaré les chercheurs, qui n’ont pas participé à l’étude. “Un autre vaccin peut maintenant se joindre à la lutte pour réduire l’incidence du COVID-19”.

Sur les 19.866 participants à l’essai de ce candidat-vaccin, dont un quart a reçu un placebo, 16 ont contracté le COVID-19 parmi les personnes qui ont reçu le vaccin, et 62 parmi le groupe placebo, ont précisé les chercheurs.

Cette étude démontre qu’un schéma à deux doses du vaccin – deux injections basées sur deux vecteurs adénoviraux différents, administrées à 21 jours d’intervalle – était efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du COVID-19.

“LA RUSSIE AVAIT RAISON”

La Russie a approuvé le vaccin baptisé Spoutnik V, en hommage au premier satellite au monde lancé par l’Union soviétique, en août, avant que l’essai à grande échelle ne commence, et il a été proposé à la population en janvier.

“La Russie avait raison depuis le début”, a déclaré à la presse Kirill Dmitriev, responsable du Fonds d’investissement direct russe (RDIF), chargé de commercialiser le vaccin à l’étranger, avant la publication des résultats mardi.

Il a également ajouté soutenir la décision de la Russie de commencer à administrer le Spoutnik V aux travailleurs les plus exposés alors que les études étaient encore en cours.

Selon un sondage réalisé par Reuters, près d’un million de personnes seulement auraient été vaccinées pour le moment sur les 146,2 millions que compte le pays. Selon d’autres sondages, une partie importante de la population hésiterait également à se faire vacciner.

La Russie a déjà partagé les données de la phase III de son essai avec les régulateurs de plusieurs pays et a commencé le processus de soumission à l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour approbation dans l’Union européenne, a déclaré Kirill Dmitriev.

LE DÉPLOIEMENT VA COMMENCER

Spoutnik V a été approuvé par 15 pays, dont l’Argentine, la Hongrie et les Émirats arabes unis, et ce nombre passera à 25 d’ici la fin de la semaine prochaine, a déclaré Kirill Dmitriev.

Le Fonds d’investissement direct russe a également déclaré que les vaccinations utilisant Spoutnik V commenceront dans une douzaine de pays, dont la Hongrie, la Bolivie, les Émirats arabes unis, le Venezuela et l’Iran.

Toutefois, de grandes quantités de vaccin n’ont été envoyées jusqu’à présent qu’en Argentine, qui a reçu suffisamment de doses pour vacciner environ 500.000 personnes, et en Bolivie, qui a reçu 20.000 doses.

La production destinée à l’exportation sera principalement réalisée par les partenaires industriels du RDIF à l’étranger, a déclaré le fonds.

Mardi, Kirill Dmitriev a ajouté que la production avait commencé en Inde et en Corée du Sud, et qu’elle serait lancée en Chine ce mois-ci. Des doses du candidat-vaccin ont aussi été produites par un fabricant au Brésil.

La Russie mène également un essai clinique à petite échelle d’une version à dose unique du vaccin, dont les développeurs prévoient un taux d’efficacité de 73% à 85%.

(Avec Kate Kelland à Londres, version française Kate Entringer)

Notes de lecture: Un ambassadeur russe à Paris

Mémoires

Ancien Ambassadeur à Paris de la Fédération de Russie Alexandre ORLOV nous livre dans un entretien avec Renaud Girard ses mémoires. Dans un ouvrage paru aux Editions Fayard « Un ambassadeur russe à Paris » Alexandre ORLOV nous fait revivre les cinquante dernières années des relations entre la Russie et la France.

Né à Moscou en 1948 sa carrière diplomatique en France a débuté sous la Présidence de Georges POMPIDOU et s’est achevé sous la Présidence d’Emanuel MACRON. En Union soviétique ses activités diplomatiques débutent sous la Présidence de Léonid BREJNEV et s’achève sous Vladimir POUTINE.

Devenu ambassadeur à Paris durant 9 ans c’est une véritable consécration de sa passion pour la France. En 2017 il organise la rencontre à Versailles entre les présidents V. POUTINE et E. MACRON acte de baptême des « Dialogues de Trianon ».

Au détour de quelques anecdotes nous voyons ressurgir les figures de brillants diplomates que nous avons eu le plaisir et l’honneur de connaître : Youri DOUBININE, Youri ROUBINSKI, Alexandre AVDEEV, sans oublier notre ami Artem STUDENNIKOV.

Ces mémoires nous font revivre au cours de ces cinquante dernières années les hauts et les bas des relations franco-russes, nous permettant de mieux appréhender les liens qui rapprochent nos Peuples depuis plusieurs siècles.

Un livre à lire et à faire lire pour comprendre et développer tout ce que nous avons en commun.

Serge PETIT

9 Mai 2020: lettre à l’ambassadeur

page1image42554864

Union Nationale France-Russie-CEI- Peuples Russophones

Association d’Amitié avec la Russie, la CEI et les Peuples Russophones Siège Social : 36 rue Audigeois – 94400 – Vitry-sur-Seine

Président : Marc DRUESNE 121 route des Châtaigniers 74350 ALLONZIER LA CAILLE marc.druesne@orange.fr

Excellence,

Monsieur Alexandre MESHKOV Ambassadeur de la Fédération de Russie 40-50 Boulevard Lannes
75116 PARIS
Allonzier la Caille, le 8 mai 2020

page1image40448576

Nul ni rien ne peut abolir le temps des hommes, celui de l’histoire, ni sa suspension embrumer la mémoire. Je n’oublie donc pas le 9 Mai 1945 ni ce qui s’était préparé pour sa célébration. C’est d’un même respect et d’une même ferveur que les calamités sanitaires n’ont pas amenuisés, mieux peut-être leur prêtant sens plus universel, que je vous dis la plus émue des reconnaissances pour l’immense part prise par l’URSS d’alors et ses peuples dans notre victoire sur le nazisme. “Notre”, disais-je, parce que nous la partageons sans aucune omission de quiconque, alliés combattants, résistants et partisans, unis pour l’établissement de la justice et de la paix.

Les tentations révisionnistes, les déclarations, gestes, postures, jusqu’aux prises de position n’ont pas manqué sur notre continent et au-delà pour travestir hideusement des faits historiquement avérés tandis que renaissent chez ces mêmes contempteurs de votre pays des mouvements fascisants quelquefois glorifiés.

Tant que force et raison nous restent, et repoussant très loin le néant de la guerre, le sort du monde communément embrassé, laissons entendre ce que le 9 Mai 45 clamait d’espoir et de fraternité, à toutes celles et tous ceux, chez vous, Excellence, chez nous, ailleurs très loin aussi, qui pensent, conçoivent, grondent ou chantent que demain ne reproduira pas un hier fatidique.

Vive la Victoire de Mai 1945 !

Qu’elle nous inspire pour des coopérations pacifiques et pour un juste gouvernement de cette Terre des Hommes puisqu’il n’en est pas qui n’ait la paix pour but (Spinoza). Soyons en cela lucidement persévérants, à notre mesure et selon nos moyens, pour prôner égales relations et libres jugements entre citoyens que rien n’assujettit ici ni en Russie … ” même si c’était une sorte de folie d’être sage parmi les fous” (Rousseau).

L’Union Nationale France Russie CEI Peuples Russophones et moi-même, reconnaissants encore, vous prions de croire, Excellence, en notre dévouement à l’amitié franco-russe, belle et symbolique vitalité par- dessus toutes les vicissitudes léguées et à venir, quand, à l’horizon, indistinctes encore comme en ce mai antérieur, aube et ténèbres se mêlent.

Le Président,

Marc DRUESNE

page1image42557152

Résolution du parlement européen du 19 septembre 2019

Résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe 

Jusqu’où ?

 

Déjà en juin dernier lors de la Célébration du Débarquement en Normandie j’avais protesté auprès du Président de la République pour n’avoir pas invité le Président de la Fédération de Russie. En effet cette décision discriminatoire participait , à nos yeux, d’une mise à l’écart d’un des vainqueurs le plus engagé et meurtri; d’une occultation aussi du rôle prépondérant de l’allié russe dans la victoire sur le nazisme, la bataille de Stalingrad « tournant dans la guerre » en restant sans doute le moment le plus mémorable. Ainsi s’annonçait et s’énonçait une véritable révision de l’histoire dans cette même logique qui aujourd’hui impute à l’URSS signataire du pacte germano-soviétique la responsabilité du conflit. Silence était fait à cet égard sur les atermoiements franco-anglais qui ne laissèrent d’autre issue à l’URSS que d’assurer sa sécurité et donc d’éviter l’affrontement immédiat avec l’armée hitlérienne.

Soyons alors « vigilants » pour ne pas se laisser développer tout un dispositif en cours de structuration qui consisterait à nous éloigner encore plus de la Russie, et la désigner comme une ennemie potentielle.

Un conditionnement d’autant plus regrettable que semblait s’enclencher un processus de rapprochement, « les accords de Minsk relancés, l’invitation du Président Macron par son homologue russe pour célébrer le 75ème anniversaire de la fin de la guerre », invitation acceptée.

L’influence des pays de l’Europe de l’Est est ici évidente, eux dont la politique actuelle autoritaire et néo-fasciste appelle à célébrer ouvertement les « héros » d’antan. Il est alors fâcheux que l’U.E.  se taise et/ou tolère telles pratiques alors qu’elle fustige la Russie de vouloir « blanchir les crimes passés » et l’enjoint de procéder à un travail mémoriel radical. Vigilants, c’est dénoncer toute falsification de l’histoire telle qu’elle se réécrit aujourd’hui , c’est refuser l’équivalence établie entre nazisme et communisme, c’est scrupuleusement derrière les discours invoquant les Droits de l’Homme discerner tout ce qui menace la paix et la démocratie.

C’est une fois de plus en appeler au renforcement et à l’union des associations pour faire rempart à ce qui, sournoisement ou pas , sous couvert d’ordre et de souveraineté, mettrait à mal nos droits et libertés dont celle de s’associer, débattre, agir et s’exprimer.

Marc Druesne

Hommage à Claude Vienney

HOMMAGE A Claude VIENNEY

Membre du C.A. de l’UNFR-CEI-PR

 

Je fis deux tristes et tragiques voyages à Argenteuil, venu de loin pour ne plus voir personne. Le premier me fit rencontrer Claude, accueilli chez elle chaleureusement à son inimitable manière, d’une douce et caressante brusquerie, raucité trompeuse d’une voix de rocaille qui interpellait d’amour rieur. Ensemble encore, nous allions visiter notre ami Pierre Roturier qui, nous l’apprîmes devant sa porte demeurée close venait de trépasser. Et nous deux ensemble de pleurer alors. Que la mort est laide ! passage instantané des preuves visibles et audibles d’une existence aux traces et souvenirs surgis d’un néant endolori.

Le deuxième aujourd’hui au vide absolu me confronte et n’ai plus de recours comme vous qui m’entendez, qu’inconsolable mémoire : Claude n’est plus.

Avec Pierre elle avait construit cet admirable et complexe dispositif amical et coopératif « Volga – Val d’Oise » auquel sans limites elle donna ses énergie, enthousiasme et conviction, avec, puisqu’elle m’en entretenait régulièrement, des accents qui empruntaient plus, à les laisser retentir au plus profond, aux vertus juvéniles de l’engagement. S’il est des acteurs et responsables de Volga -Val d’Oise ne laissez pas s’étioler et disparaître l’œuvre accomplie, faîtes-la prospérer, ce serait la continuer, elle, Claude qui trouvait encore sens innovant à la vie en regardant et pensant l’avenir. Et ce faisant, dessinait un projet où complètement femme et citoyenne, il lui commandait d’agir solidairement, assidûment en toutes choses, heureuse, elle, du dévouement assumé, souligné par cet éclat de voix qui jetait loin ce « je suis encore là », plus clameur joyeuse  de co-existence qu’affirmation péremptoire de soi.

J’entendais toutefois ses doléances quand d’Argenteuil, véritable expédition, marquée par les douleurs supportées, elle nous rejoignait à l’autre bout de Paris pour participer ardemment, tout animée de l’amour de la Russie et de ses amis russes qu’elle avait à foison.

Russie si souvent injustement vilipendée, discriminée, sanctionnée, Russie de Claude, partie de son tourment indigné et vous ses amis russes qui des bords de cette Volga immense barrière dernière aux avancées barbares, tournez encore vos cœurs et regards vers l’Ile de France. Cultivons ce qui veut dire agissons, réalisons, telle était son injonction, ce qui donne corps et souffle à l’amitié, condition et résultat de cette paix, combat et espérance, les siens primordiaux, d’un monde humanisé. Oui nous sommes faits pour la liberté, oui nous sommes faits pour le bonheur.

Je sais ma parole de vous seuls réunis ici entendue. Mais à la fin  rusons un peu et décidons d’un murmure à  peine articulé, comme de ce que je vois alentour inspiré, un chant d’éternité

Victoire à l’Est où l’ombre est prise

Au piège blanc de la clarté

O matin de la liberté

La rouge aurore y terrorise

Un vainqueur désorienté

Une musique calme  pour toi Claude avec des fleurs couleur de l’avenir

« Que  sont devenus mes amis de Togliatti ? » questionnait-elle depuis l’hôpital… je suis revenu vers vous… Ainsi est-elle définitivement.

 

Marc DRUESNE